Mercredi 17 juin 2009 à 12:30

J'ai eu beaucoup de mal à trouver une manière de la formuler, parce que l'écrire c'était complètement me l'avouer.
D'ailleurs, j'ai toujours autant de mal à me l'avouer, cette révélation d'hier soir.
C'est bête, mais j'ai compris pourquoi j'étais retournée sur ce site, pourquoi j'avais repris l'ancienne adresse msn, pourquoi je dormais peu, pourquoi je travaillais peu, pourquoi je m'en foutais du bac, pourquoi je vivais comme en seconde, j'ai compris tout cela juste en une chansons à un moment précis de la nuit. Evidemment, au moment de réaliser un truc aussi gigantesque qu'est passer le bac (et donc d'inévitablement tourner la page du lycée et passer à autre chose), je préférais me cacher dans mes souvenirs. Sauf qu'à 15 ans, je le voulais ce bac.
C'est que, à la veille de le passer, je me rends compte que y'a pleins de trucs que j'ai pas fait, que je pensais faire; y'a plein de choses que j'ai pas dite que je pensais dire; y'a pleins de bidulles que je voulais être et que je ne suis pas devenue; c'est un triste fait qui m'a fait retourner à mes bêtises de quinze ans et oublier que le bac c'était bientôt. 
Et, quand enfin je me suis rendue compte que s'il y avait encore une chose que je pouvais encore faire, c'était avoir cette fucking mention alors j'ai réellement eu 17 ans et j'ai enfin raconté tout ce qui m'était arrivé depuis l'temps. J'ai cessé de nier ma terminale et j'ai dit les nombres de fois où j'ai fini par terre, où j'ai séché les cours, où j'ai embrassé des garçons, où j'ai conduit, où j'ai fais preuve de maturité, et d'immaturité.

Lundi 28 décembre 2009 à 18:22

Encore quelques jours, une cartouche d'encre d'imprimante et quelques heures de montages et ici disparaîtra pour laisser place à quelque chose de plus intéressant, de moins privé - mais pourtant pas moins personnel - et de plus créatif (bordel, Anne-Sophie va-t-elle enfin réussir à exprimer le talent artistique enfouie en elle, avec ses dix doigts - et un caméra - ? suspense....)

Jeudi 31 décembre 2009 à 12:33

Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,
Qui vit, s'agite et se tortille
Et se nourrit de nous comme le ver des morts,
Comme du chêne la chenille?
Pouvons-nous étouffer l'implacable Remords?

Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,
Noierons-nous ce vieil ennemi,
Destructeur et gourmand comme la courtisane,
Patient comme la fourmi?
Dans quel philtre? - dans quel vin? - dans quelle tisane?

Vendredi 1er janvier 2010 à 13:24

"Chaque épreuve est une nouvelle épreuve, il faut alors oublier les précédentes". Voilà ce qu'on nous répète à la veille du concours. A chaque nouvelle épreuve, il faut table rase du passée point. Appliquons cette méthode à la vie en général, à la vie sociale en particulier. Si je rêvais jusque là, de demain et d'hier, sans jamais profiter d'aujourd'hui, maintenant j'ai une seule et unique résolution (bordel, faut que je condense tout en une phrase).
 

Non, je ne prendrais pas la bonne résolution de :

 - me prouver que l'amour peut être réciproque

ne pas sortir ces cinq prochains mois et de travailler chaque minute

- tout faire pour réussir médecine (parce que j'arriverais à me convaincre que voir mes copines plutôt que faire des annales est une manière de réussir médecine)

- ne pas mettre les pieds dans cette rue, ou au contraire d'y mettre les pieds.

- de perdre durablement du poids, de ne pas me mettre à fumer, de cesser de raconter ma vie à n'importe qui, de cesser de chercher à tout bout de chant à être intéressante (quand on est plus pitoyable qu'autre chose), de me lever tôt le matin pour poser, de ne pas trop regarder la télé comme une larve, d'apprendre mes cours régulièrement, de faire tous mes exercices... etc.


Mais alors la bonne résolution c'est quoi ?

Profiter de l'instant présent.



Et ça peut paraître extrêment stupide, ou infantile, ou puérile, immature, gamin, gnangnan, mais réfléchis-y. Profiter de l'instant présent, c'est par exemple profiter qu'on soit en semaine de révisions pour réviser (et pas sortir), c'est profiter de la journée sans cours de la semaine pour travailler, faire les courses et voir des copines plutôt que de l'utiliser à dormir, fumer, sortir toute seule dans les bars.

Jeudi 7 janvier 2010 à 17:30

C'est la merde, sérieusement.
ça va pas le faire, je sais plus trop où est passé anne-sophie-j'ai-une-mention-très-bien-à-mon-bac-S-a-mère-j'ai-aussi-un-an-d'avance-je-suis-une-intello-je-peux-faire-toutes-les-études-que-je-veux-je-suis-trop-forte, mais je sais trop bien où est anne-sophie-je-suis-une-feignasse.
Je cris que LA rue a détruite la première, alors la seconde a enfin pu prendre le dessus.
Je comprends pas trop qu'il me reste que cinq petits jours pour le semestre d'une vie.
Et tous les cours que je révise me rappellent une période d'automne.
Je bois trop de café, me lève trop tard : j'ai juste envie de filmer l'ivresse.


J'ai repris les kilos perdus pour cause de je-n'ai-plus-d'eau-chez-moi-c'est-la-merde-intersiderale-dans-ma-vie-je-sors-trop-toute-seule-dans-LA-rue-je-rentre-tard-en-moto-ou-alors-pire-je-rentre-pas-de-la-nuit-et-personne-ne-dit-rien-parce-que-je-vais-en-cours-mais-j'y-dors. Maintenant, mes trois nouveaux kilos s'appellent les-gâteaux-Prince, et je suis un peu dans la merde, parce que certes je révise et donc je bouffe mal, mais le soir après le concours c'est soirée-de-ouf-soyons-sexy = soyons-minces.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast